Faculté de l'Hostel-Dieu de Paris
- Royaumes Renaissants -

 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Livre III

Aller en bas 
AuteurMessage
Meleagre
Grand Recteur Adjoint
Grand Recteur Adjoint
avatar

Masculin Messages : 871
Date d'inscription : 15/01/2013
Duché/Comté : Normandie

MessageSujet: Livre III   Lun 13 Mai - 18:33

Citation :


Citation :


Affections érosives, gangreneuses. Résorption purulente chez celui dont on incisa la jambe
Après l'équinoxe et après les Pléiades, il y eut comme des affections érosives et muqueuses. Chez celui à qui je pratiquai une incision à la tête, l'affection s'étendit au-dessus de l'oreille; chez le fils de Leocydès, au pied ; chez Phanodicus ce furent les doigts du pied, du coté de la face plantaire. Celui qui eut une incision à la jambe, y éprouva aussi de la gangrène là où était la grande plaie occupant la partie externe, et gagnant la partie postérieure de la jambe ; quand la plaie se mondifia, douleur du coté et de la poitrine, à gauche, comme à la jambe ; fièvre ; il mourut de la fièvre.


Humeurs enflammées ; évacuation de sang
Chez le cordier, bile très-foncée et humeurs enflammées; tombant dans la somnolence vers l'équinoxe, il rendit par le bas beaucoup de sang. Chez un vieillard, il y eut une très-forte évacuation de sang, non avant quatorze jours. L'esclave marqué, chez Antiphilo, étant plein d'humeurs enflammées, ayant eu une crise le septième jour, étant bilieux, dans la stupeur, éprouva, le troisième jour après la crise, de la même façon, un écoulement de sang; il se rétablit; plus tard survint une rechute ; la crise fut la première fois comme elle devait être, vers le coucher des Pléiades ; après le coucher des Pléiades, il devint bilieux jusqu'à la folie ; crise vers le neuvième jour, sans sueur.


Observation de rupture dans la poitrine
Vers l'équinoxe , le Chalcédonien qu'on avait apporté des Portes au marché, soufrant, vers la mamelle gauche, d'une rupture, expectorait de temps en temps des crachats un peu jaunes; le ventre, favorable ; la sueur, ayant commencé le septième jour, dura presque continuellement jusqu'au huitième ; il fut jugé le quatorzième ; vers le quarantième, il se forma un gonflement près des oreilles des deux côtés ; il semblait naturellement devoir se formser un empyème ; il ne s'en ferma pas.


Empyème
On ouvrit à Aristodème la poitrine par cautérisation. Il en fut de même pour l'enfant de Philis ; lui aussi, à la suite d'une chute ; mais il existait antécédemment un peu de douleur.


Note sur la saison
Après l'équinoxe d'automne, des récidives, surtout jusqu'au solstice d'hiver.


Avortement
Avec le solstice d'été, la femme d'Achéloüs avorta le sixième jour; elle avait des vomissements, des frissons, des sueurs; crise au quatorzième jour. Je ne sais de combien de mois était l'enfant. Elle dit avoir aussi avorté, au bout de vingt jours, d'un autre enfant qui était mâle. Disait-elle vrai? je l'ignore.


Fièvres avec ictère ; coryzas ; amygdalites ; oreillons ; éruptions furfuracées ; avortements
Vers le solstice d'hiver régna le vent du nord. Les malades devinrent ictériques d'un jaune foncé, les uns avec frisson, les autres sans; langues brûlées, le troisième jour ; mal-être vers le sixième et le septième , mal-être qui se prolongeait beaucoup. Le quatorzième jour, ventre resserré, et n'obéissant pas aux évacuants, selon l'ordinaire des fièvres ; point de sueurs ; chez quelques-uns rate petite, dure; tension de l'hypochondre droit ; murmures dans le ventre pressé avec la main ; flux hémorroïdal ; par les urines, la purgation et la crise. La tendance n'en était que plus manifeste vers le bas, c'était en effet vers ce temps qu'elle se manifestait. Ceux qui n'étaient pas ainsi, mais dont la rate était développée, avaient une épistaxis par la narine gauche. Le solstice passa ; temps d'hiver en hiver avec vent du nord ; peu après, il y eut du vent du midi pendant quinze jours, ensuite de la neige pendant quatorze. Dans ces conditions de l'année, ictériques, d'une teinte foncée, ne se jugeant pas franchement, tendance aux récidives. Après les neiges on eut le vent du midi et de petites pluies ; des coryzas éclatèrent avec fièvre et sans fièvre ; chez un qui avait antécédemment souffert dans le milieu [de la mâchoire], le mal se jeta à droite sur les dents, le sourcil et l'œil. Il y avait aussi des bronchites et des inflammations de la gorge ; les glandes appelées éponges (amygdales) se tuméfièrent ; il se forma auprès des oreilles et à la mâchoire des gonflements mous, qui s'établissaient avec fièvre ; au début de la fièvre, ils survenaient, la plupart en haut et des deux côtés; et chez quelques-uns les éponges se tuméfièrent en automne et en hiver; il γ eut même des éruptions furfuracées ; beaucoup avortèrent de toutes les façons et eurent des couches laborieuses. Chez la jeune fille, crise au sixième jour, récidive au bout de six jours, et crise six jours après. Tout pendant ces temps se jugeait le sixième, le huitième jour.


Fièvre ; expectoration purulente ; gonflement du foie
Vers le coucher des Pléiades, la femme de Maeandrius l'aveugle expectora des crachats tout d'abord jaunes et tout d'abord purulents ; vers le sixième jour, gonflement du foie, et, par le bis, déjections en petite quantité ; par le haut, crachats comme de chair purulente, en petite quantité, blancs, larges; anorexie. Elle mourut vers le vingtième jour.


Fièvre
La servante des voisins de Thestor : à la suite de selles enflammées, bilieuses, abondantes, hypochondre tendu ; le sixième jour, à la suite d'un resserrement, le ventre rendit en une fois des matières copieuses, ténues ; aussitôt elle sua, fut jugée, et l'évacuation alvine s'arrêta; à la même heure, après un frisson, elle eut de la fièvre, et derechef a la même heure.


Fièvre
La femme de Thersandre, étant un peu leucophlegmatique, nourrissant, avait une fièvre aiguë ; la langue devint brûlée, tout le reste était brûlant ; à ce moment la langue devint rugueuse, comme parsemée de nombreux grains de grêle ; et des vers furent rendus par la Louche. Vers le huitième jour elle fut jugée non complètement.


Plaie de tête
Vers le coucher des Pléiades, le fils de Métrophante, blessé à la tête par un autre enfant avec une écaille, et arrivé au douzième jour, eut de la fièvre. Cause : parce que, se nettoyant, il contondit le pourtour de la plaie et éprouva un refroidissement ; les lèvres de la plaie se gonflèrent aussitôt ; la peau s'amincit en tout sens au loin, à partir de la plaie. Trépané sans retard, il n'y eut ni écoulement de pus, ni soulagement; de la suppuration paraissait se former près de l'oreille, à la joue du côté gauche (c'est à gauche qu'était la plaie); puis cette suppuration ne se forma pas ; et à l'épaule gauche un abcès se développa promptement. Le blessé mourut vers le vingt-quatrième jour.


Maladie de l'oreille
Après le coucher des Pléiades, celui qui avait souffert de l'oreille, finit, au bout de vingt jours environ, par perdre la parole; impuissance du côté droit; point de fièvre, sueurs. L'oreille droite, l'œil droit n'étaient pas complètement fermes, et il y avait un peu de contracture parle bas; du côté gauche, strabisme et douleur horrible ; le cou devint rigide. Le malade souffrit trois heures peut-être après.


Etat de stupeur; fièvres erratiques
Après le coucher des Pléiades, le serviteur de l'homme de l'Attique, pris de fièvre quarte, ayant de la stupeur, fut rétabli. Un autre, dans le même temps, eut une vraie typhomanie ; une douleur vint dans les hanches et les jambes; la maladie cessa, quel jour ? je ne sais. Dans cette saison, les malades avaient 153 des frissons, des vomissements ; après la crise, anorexie, état bilieux, rates grosses, dures, douloureuses; hémorragies ; chez quelques-uns, vers la même saison, après le coucher des Pléiades, écoulement, par les narines, d'un sang verdâtre, dans des fièvres erratiques.


Fièvre ; long détail sur les urines
A Cranon, la femme de Nicostrate, chez qui la maladie cessa le quatorzième jour, éprouva tout d'abord l'impuissance du cou et des autres parties , il y eut constipation jusqu'au dixième jour. Respiration fréquente, petite ; impuissance ; carphologie ; paroles de délire ; sueurs ; à droite, contraction du cou, de la bouche, de l'œil, de la narine. Sédiment des urines blanc, semblable à la farine d'ers ; autre sédiment blanc, avec raclures ; autre un peu jaune, semblable au lekithos (sorte de bouillie jaune); sur ce sédiment se trouvait parfois quelque chose de gras ; cela était réuni, et non dispersé comme l'est l'énéoréme disséminé, tel que celui duquel le sédiment se précipite ensuite. Énéorème d'une part semblable, d'autre part précipité; un autre semblable, en petite quantité, disséminé en largeur; un autre, troublé; un antre semblable; énéorème d'un nuage noirâtre, paraissant épais, quoique peu condensé; un autre ténu; un autre énéorème ténu, semblable ; un autre jumenteux ; un autre comme les nuages obscurs.


Fièvre
Le premier qui eut du délire était un jeune homme ; chez lui, urine pure, ténue ; déjections abondantes, ténues , non bilieuses ; langue très-rude ; fièvre brûlante ; insomnie; ventre bouffi; ce malade eut du délire, je crois, le huitième jour ; délire tout à fait désordonné ; se lever, se battre, tenir des propos très obscènes ; or, cela n'était point dans ses habitudes. Ayant rendu tout à le fois beaucoup d'urine ténue après une rétention , il eut un sommeil continu, et une sueur paraissant devenir critique, de non critique qu'elle était, c'était peut-être le dixième jour; puis il fut de nouveau saisi de transport, et mourut bientôt, le onzième jour. La cause fut, je pense, d'avoir bu beaucoup de vin pur avant d'avoir le transport Il n'était pas âgé, vingt ans environ.


Fièvres automnales avec cardialgie
Dans l'automne la femme d'Eumêne vomit de la bile noire ; l'odeur, manifeste ; fièvres avec frissonnements; cardialgie; petits vomissements bilieux , et vers; déjections ténues pendant tout le temps. Avant le coucher des Pléiades et un peu de temps vers ce coucher, hémorragies, fièvres plus courtes, récidivant aussitôt par de courtes récidives, anorexie, résolution des forces, anxiété, cardialgie, vers dans les crises , frissons, état bilieux.


Fièvre
Un jeune homme étranger : épistaxis abondante le troisième jour, le quatrième, le cinquième ; l'épistaxis s'arrêta le sixième ; délire tranquille au septième jour ; le ventre se resserra ; coma ; récidive le troisième jour ; le ventre cessa d'être resserré ; je n'ai pas vu l'urine ; vers la crise, les choses furent comme elles devaient être.


Fièvre
Vers le coucher des Pléiades il y eut vent du midi et petites pluies. Un jeune homme : déjections muqueuses, subbilieuses, cuites, visqueuses , abondantes; fièvre continue; langue sèche. Il fut jugé le sixième jour; récidive le septième. Le même jour la fièvre cessa par un frisson. Écoulement par l'oreille gauche, visqueux , épais, le sixième jour.


Observation de gangrène de la bouche chez deux enfants
Chez l'enfant atteint d'une affection phagédénique, les dents d'en bas et, en haut, celles de devant tombèrent ; l'os en était creux. La sortie d'un os de la voûte palatine cause l'affaissement du nez dans son milieu ; la chute des dents de devant, en haut, cause l'aplatissement du bout du nez. La cinquième dent comptée à partir de celles de devant : quatre racines unies deux à deux à chacune des dents voisines , et tournées toutes par leurs pointes en dedans. A la troisième dent, les suppurations sont plus fréquentes qu'à toutes les autres ; et les flux épais des narines ainsi que les douleurs des tempes proviennent surtout de cette dent. Celte dent se carie, surtout la cinquième. Cette dent avait au milieu une tubérosité, et deux en avant ; une petite tubérosité, en dedans, du côté des deux autres, avait été cariée la première. La septième avait une seule racine grosse, aiguë. Chez le garçon d'Athénadès, la dent du bas à gauche, et la dent du haut à droite; l'oreille droite suppura, au moment où il ne souffrait plus.


Note sur la saison , qui malgré des désignations répétées paraît are toujours la même fièvre avec hémorragies ; éruptions
Après les Pléiades, beau temps avec nuages et brouillards; crises le cinquième jour, le sixième , le septième, et même encore plus tard ; fièvres récidivant et, jusqu'à un certain point, erratiques ; anorexie, état bilieux ; dysenteries avec perte d'appétit et fièvre. Vers le coucher des Pléiades il y avait eu de grands vents du midi; hémorragies, fièvres tritéophyes, fièvres épiales. L'homme dans la boutique du corroyeur eut une hémorragie, un peu de déjections très-bilieuses; il fut jugé le . septième jour par un frisson. Le garçon demeurant à la dernière boutique eut une hémorragie abondante le quatrième jour ; aussitôt il se mit à bavarder; le ventre se resserra; hypochondre douloureux, dur ; un suppositoire, le sixième jour amena des matières mauvaises, jaunes. Le septième , au matin , jactitation, beaucoup de cris ; pulsation des veines à l'ombilic. C'est dans les fièvres les plus aiguës que sont les pulsations les plus fréquentes et les plus fortes. Cela , de même que Je redoublement le soir , se voit dans toute maladie. Au début aussi, les paroxysmes; et il faut considérer ce qui anticipe , la condition des fièvres continues et celle de l'année. Après le coucher des Pléiades, vents du midi. Crises le cinquième jour, intermission, reprise pour un jour. Eruptions croûteuses, formant phlyctènes comme chez le tailleur de pierre d'Acanthos. Vers le coucher des Pléiades, les éruptions prurigineuses furent un peu psoriques, rudes, ne donnant point d'humeur, surtout dans cette saison ; il y eut aussi des lichens qui se soulevèrent, comme chez la femme de Pythodore et chez le marchand, avec de la fièvre dès le début; la femme de Pythodore eut presque une impuissance des hanches. Après le coucher des Pléiades, frissons, épistaxis. Celui qui, le troisième jour, en eut une abondante, le cordonnier, fut jugé le septième jour, intermission d'un jour ; reprise d'un jour ; crise le quatrième. Un autre de chez Léocydès, fut jugé le septième ; un autre le quatrième. Moschus, le neuvième jour, saigna abondamment de la narine gauche, peu de la narine droite ; vers les quatorze jours il allait a la crise, les choses commençant comme elles devaient ; il y eut un paroxysme ; des écarts dans le régime alimentaire eurent lieu le dix-septième jour. Près de l'oreille, à droite, une tumeur, dure un peu en dedans, molle un peu en dehors, douloureuse, ne s'amendait en rien. Le dix-neuvième jour le dépôt aboutit dans la nuit. Chez les gens très-bilieux, surtout dans les fièvres, la purification se fait généralement sur les membres inférieurs ; ainsi celui à qui on mit la ventouse : la douleur alla à la hanche, à la jambe en bas, et son état s'améliora. Celui qui fit une chute du haut du four à potier, à qui on ne mit pas aussitôt une ventouse, éprouva une inflammation interne ; le vingtième jour, le mal s'exaspéra : hémorragie, matières comme de la lie et corrosives. Ténédie, le quatrième jour, avorta d'un enfant mâle, à ce qu'elle dit, de trente jours ; déjections liquides, ténues, la langue devint brûlée; crise le quatrième jour. Après le coucher des Pléiades, affections de la rate ; et il y avait des saignements jusqu'au cinquième jour. Chez un individu, crise le cinquième jour ; urine comme de la lavure d'ers, uniforme, puis pure; récidive. Il y eut aussi une intermission chez le fils de Mégarée, mais lui n'eut point de saignement ; l'urine comme chez Artigène, blanche, épaisse, uniforme.


Note sur la saison ; fausse grossesse
Au solstice d'hiver, apparition d'un astre non petit; le cinquième et le sixième jour suivante, tremblement de terre. Lorsque nous étions a Périnthe, la femme asthmatique, la femme d'Antigène, laquelle ne savait pas si elle était grosse, avait de temps en temps des écoulements rouges; ventre petit, devenant gros parfois, quand, par exemple, cette femme ( car elle était affectée d'une toux habituelle) avait marché trop vite. C'était le huitième mois; cela disparut, après une fièvre.


Notes brèves sur des accouchements
La femme du frère d'Apémante, le septième jour, avorta, à ce qu'elle dit, d'un fœtus femelle de soixante jours ; vers le neuvième jour, elle fut troublée; après la crise, elle souffrait du côté droit, comme par une récidive; cette femme concevait rapidement et avortait Une autre avec un flux blanc accoucha d'une fille; une autre, avec un flux rouge, comme cela devait être.


Cas divers de fièvres, principalement avec des engorgements dans le ventre
Les malades avaient frissons, anxiétés, anorexie, récidives, état bilieux, hémorragies, un peu d'engorgement de la rate ; chez la plupart, d'une façon douloureuse, [dépôt] à gauche. La femme d'Apémante, chez qui il y eut rétrocession, eut l'œil droit affecté, et le flanc de l'autre côté. La fille d'Aristophon eut de la fièvre le troisième et le cinquième jour ; elle resta sèche la plupart du temps ; le ventre cependant se dérangea, état qui se jugea difficilement ; l'affection cessa au delà de trente jours. Des phlyctènes, à la suite de fatigues non intenses, arrivent au septième jour, un peu livides. Un frisson survint à la jeune fille derrière l'Héroum. Les grandes phlyctènes blanches ne sont pas elles-mêmes fort bonnes, chez les individus dans le catochus et dans la somnolence, le corps ne s'affaissant pas, la bile étant retenue ; malades dont le corps, soit qu'il y ait constipa lion, soit qu'il y ait diarrhée, ne s'affaisse pas. Chez Zoïle, le charpentier, pulsations tremblantes, lentes ; urine et selles modérément décolorées ; tension de la région sous-ombilicale, de chaque côté, directement jusqu'à l'ombilic, avec fièvre aiguë ; anorexie, soif.


Accidents dans la grossesse; couches laborieuses
La fille de l'agoranome (magistrat du marché) chez Tecomée, devenue grosse sans signe au commencement : λ deux mois, éruption d'un vomissement pituiteux, parfois bilieux. Elle accoucha laborieusement ; elle fut purgée complètement ; vomissement semblable jusqu'au trentième jour ; puis le ventre se dérangea, et le vomissement cessa ; lientérie. Les règles ne vinrent pas de deux ans; en hiver elle eut des hémorroïdes.


Plusieurs cas de fièvre avec teinte verdâtre de la peau
Les deux frères parents de Cécrops, qui eurent au début des déjections noires, ressemblant un peu a de la lie, à de la substance de boudin, devinrent, après des selles écumeuses et foncées, d'une teinte verdâtre. Celui qui emporta le vin après convention, eut de la fièvre aussitôt ; hémorragie le troisième jour, le quatrième, le cinquième, le septième et le huitième ; il fut jugé ; ventre humide. L'homme des mines : hypochondre droit tendu; rate grosse; ventre tendu, un peu dur; difficulté de respirer ; décoloration ; chez lui, le mal se porta au genou gauche, récidive ; il fut jugé complètement. Le fils de Témenès avait un peu de gène dans la respiration, étant de couleur verdâtre ; douleurs dans le dos, dans les bras. Le mari de la femme en couches, celui qui demeurait près du logis du garde du blé, celui qui était ictérique, et que je visitai au septième jour de sa maladie, mourut le huitième, ne rendant ni urines, ni selles; hypochondres gonflés et durs; respiration fréquente; cet homme, succombant, n'eut pas le front humecté, pas même par la violence du mal. Sa femme avorta au septième jour [de sa maladie] d'un enfant femelle de sept mois; l'annonce de l'avortement parut le quatrième jour; au début elle eut de la douleur aux pieds ; la fièvre cessant, la gène de la respiration, loin de se dissiper, augmenta ; douleur aux mains et aux bras ; la récidive la prit au bout d'un temps très-long ; frisson ; l'urine fut supprimée avant la crise. La femme auprès de la sœur de Téménès fut jugée avec un frisson, la couleur jaune disparaissant, les bras et les épaules furent promptement saisis ; cela disparaissant aussi, douleur de la tète, des jeux; les paupières supérieures se tuméfièrent ; larmoiement ; je ne sais pas le reste ; elle fut jugée en premier 169 vers le septième jour. Le vigneron de Ménandre, de même, si ce n'est qu'eu début il y eut des selles ténues ; puis les selles s'arrêtèrent ainsi que l'urine ; il fut jugé; il n'eut point de frisson le septième jour ; est-ce parce que le ventre rut d'abord dérangé ? Le fils de Potamon : Chez celui-là il n'y eut point de selles le septième ; il y en eut deux jours avant la crise ; pour cette raison, il n'eut point de frisson, et l'urine ne fut pas supprimée. La dent d'Hégésistratius : lui, avait une suppuration près de l'œil, il se forma une suppuration vers la dernière dent ; aussitôt, guérison complète de l'œil; un pus épais venait par les narines; à la gencive, des lambeaux de chairs petits, ronds, se détachèrent ; chez lui il semblait devoir s'opérer une suppuration à la troisième dent ; puis cela se détourna ; mais tout à coup se tuméfièrent la mâchoire et les yeux. Ceux chez qui se font des dépôts aux yeux dans les causus, ont les joues très-rouges et des hémorragies ; il en est de même de ceux chez qui les dépôts se font aux oreilles; peut-être même faut-il plutôt attendre des dépôts sur les articulations; je ne le sais pas bien. Que font les frissons dans les fièvres avec tremblement?
Chez une femme] hypochondre tendu; les règles parurent le dix-septième jour; elle fut jugée complètement. Celle chez qui les règles ne tardèrent pas ainsi, fut jugée le troisième jour ; une autre, le cinquième ; une autre, le septième. Chez Hégésistratius les deux dernières dents étaient cariées du côté où elles se touchaient ; la dernière avait, au-dessus de la gencive, deux tubérosités, l'une du côté de la carie ,l'autre de l'autre; là où étaient les deux tubérosités, 171 deux racines larges, semblables, se réunissaient deux en une ; de l'autre côté était une demi-racine, seule, ronde, une femme qui eut un saignement le quatrième jour et le sixième, fut jugée le septième; très-rouge. Une femme ayant beaucoup de pesanteur de tète : celle-là fat jugée vers le vingtième jour; hypocondres brûlants; le septième elle eut un saignement qui ne fut pas abondant; selles ténues ; dépôt sur l'œil droit, vers le huitième jour. Chez on homme il en fut de même, si ce n'est que la crise se fit le septième jour; rate un peu grosse; dépôt sur l'œil gauche, le quatre-vingtième jour ; l'affection de l'œil se prolongea plus [que dans le cas précédent], sans doute parce qu'elle survint après la crise et qu'elle fut intense.


Fièvre; dépôt insuffisant sur le pouce; mort
La nièce de Téménès : gêne de la respiration ; les hypocondres parurent même tendus par intervalles; était-elle en outre grosse ? je ne sais. Constipation au début, et alors vomissements qui cessèrent plus tard. Il y eut des selles abondantes de bile visqueuse, l'état de l'hypocondre ne l'empêche pas. Le onzième jour, inflammation sur le pouce de la main droite, évacuations faisant éruption par le bas et aussi par le haut. Après cela, elle fut mieux; somnolence et fièvre moindres, et même un peu plus de facilité dans la respiration parce qu'elle avait rendu par le vomissement des matières mauvaises. Le seizième jour, l'inflammation du doigt s'affaissa, respiration précipitée, fièvre; la malade mourut; elle eut la fièvre ayant le dépôt ; elle succomba après le dépôt le septième jour; elle était aussi très-rouge.


Fièvre avec dépôt sur les pieds
Le garçon qui appartenait à la femme, sœur d'Apémante : gonflement des hypochondres et de la rate; gêne de la respiration; déjection de bile visqueuse avec un peu de matières fécales ; las pour avoir travaillé. Le vingtième jour, dépôt sur les pieds et crise. Est-ce que chez les personnes fatiguées les dépôts se font Sur les articulations et non sur l'œil ? Les hypochondres étaient gonflés, et même il y avait une petite toux sèche, médiocrement.


Insuffisance des crises
Ce qui reste après la crise produit les récidives ; ce qui se sécrète dans le cours même des maladies, l'expectoration mûrie trop tôt, les selles, cela aussi indique intempérie d'humeurs.


Trois observations d'affections rénales
Apémante, qui avait une affection du fondement, éprouva de la douleur dans le flanc droit et vers l'ombilic, un peu au dessous; avant cette douleur, il rendait une humeur sanguinolente , venant du rein droit ; cela cessa le troisième jour. Le charpentier souffrit du côté opposé ; et lui aussi, mais du rein gauche, rendait auparavant de l'urine sanguinolente. Cela cessant., tous deux eurent une urine sédimenteuse, et cela le troisième jour. Apémante eut le plus de chaleur, l'autre n'en sentit que dans le flanc gauche. A Nicostrate aussi il survint finalement quelque chose du côté droit ; mais chez tous deux (Apémante et Nicostrate), l'engorgement descendit plus bas que chez celui qui l'avait à gauche, et fut allongé à la partie extérieure du flanc jusque vers l'ombilic.


Maladie de peau; affection des yeux
La vieille de chez Sosilès était leucophlegmatique ; aux jambes, des tumeurs dures, blanches, écailleuses; aux pieds aussi, mais moins ; il y en avait même à la partie inférieure des cuisses ; cela d'ordinaire se passe difficilement. Il y en avait jusqu'aux lombes ; ventre mince ; hypocondres peu tendus ; peu de gène de la respiration ; malgré la cessation de la plupart des accidents, il restait un autre soin à avoir, l'œil était devenu glauque. Chez cette femme, l'affection des yeux était un peu plus modérée, mais il y avait des douleurs qui, tout en paraissant appartenir à la hanche et à la jambe, dépendaient de l'utérus. Un pessaire odoriférant composé de farine et de myron (sorte d'hutte parfumée), ayant été appliqué, il survint promptement une amélioration et la guérison. Le dépôt sur les yeux dura environ un an chez l'individu à teint de lentille, sur qui les exanthèmes ne se desséchèrent pas complètement. Des choses pareilles sont produites aussi par des affections cutanées avec desquamation.


Résolution d'engorgements dans le ventre
Dans le village d'Hippolochus, un enfant : il portait dans les hypocondres un engorgement, le même des deux côtés ; mais cet engorgement, dur, offrait inférieurement une apparence luisante comme chez la femme de l'ouvrier en cuivre qui, étant hydropique, et ayant rendu des matières ténues, éprouva une certaine diminution. Ce même engorgement présentait à droite quelque chose d'égal et de soulevé, du genre des gonflements ayant une certaine rondeur. Chez ce malade, l'ombilic s'était gangrené à la naissance, un ulcère profond s'était formé ; le nombril ne s'était pas bien cicatrisé ; la verge s'était dénudée à l'extrémité, ce qui n'était ni survenu tout d'abord, ni congénital. L'état s'aggravant, le malade vomissait presque tout; fièvre ; anorexie ; il guérit ; vers le septième jour, après qu'il se lot alité (il était malade avant de s'être alité), il but beaucoup d'eau , et peut-être n'avait-jl pas toute sa raison, il était agité, et éprouva quelques spasmes ; les spasmes cessant, la tumeur se trouva évanouie sans qu'il s'en fût aperçu. Avant cela, il avait uriné beaucoup, et des gaz bruyants avaient été rendus ; par le haut, il n'avait rien évacué ; mais, a la suite immédiatement , des évacuations abondantes eurent lieu par le haut ; tout le corps fut marqué de vergetures semblables à des coups de fouet, excepté à l'endroit ou était la principale partie du gonflement ; et l'enfant était très-chaud. L'individu chez qui, à Abdère, Q y eut éruption par le bas, portait ub gonflement auparavant; le gonflement existait sans fièvre; au palper, il ressemblait à un abcès.


Déviation des règles; asthme; suppuration
Une servante asthmatique eut, là où se porte la stleggis, une hémorragie à l'époque de ses règles ; il survint de l'asthme ; l'asthme cessa ; de la fièvre s'établit ; la mamelle gauche suppura à la partie supérieure, et, dès le début, l'oreille aussi.


Notes sur diverses maladies
La jeune fille dOlympiodore eut une épistaxis par la narine droite, et elle fut jugée vers le vingtième jour, comme les fébricitants ; des déjections telles que celles qui furent générales pendant l'été, et comme la fille dHipponax, comme la servante d'Aristide, au huitième jour.


Remarque sur la purgation
Dans les évacuations par le bas, provoquées par les médicaments, signes : être bien supportées, ne point amener d'affaiblissement extraordinaire, et n'être ni écume uses, ni sanguinolentes, mais être telles que des oeufs, comme chez Héraclide ; il fut évacué abondamment, et il le supporta facilement.


Fièvre avec dépôt sur fait ou ophtalmie
La femme dans le village de Boulagoras, ayant eu ses purgations, fut prise de fièvre ; la rate était grosse, et l'hypochondre droit aussi était un peu, non pas gonflé, mais tendu ; ces malades deviennent très-rouges; celle-ci l'était beaucoup ; ventre dérangé au début. J'attendais un dépôt sur l'œil. Le septième jour, il coula des larmes salées, mordantes, humeur qui se jeta et sur les narines et sur la gorge; l'oreille gauche se prit. Le quinzième jour, elle sua avec du frisson; elle ne fut pas jugée avant le frisson ; elle devint très-jaune, le visage se tendit et s'affaissa ; elle souffrait à l'oreille et dans la poitrine, du côté de la rate.


Cas de suppuration appartenant à l'épidémie de Périnthe
Chez les enfants, ventres dérangés et toux sèches ; quelquefois il survenait des suppurations à l'épaule dans les toux de récidive. Le foulon éprouvait de la douleur au cou, à la tête; le septième jour, le bras engourdi ; le neuvième, la jambe engourdie; la toux cessa. La femme qui eut la mâchoire tirée éprouva, le cinquième mois, dans le ventre, une contracture à gauche.


Fièvre; affection, de la rate; ulcération aux lèvres et épistaxis du côté gauche
A Cranon, Lycinos, grammairien, à la suite d'une fièvre bilieuse, ayant la rate grosse, eut de la pesanteur de tête; il lui survint aux deux lèvres, du côté de la rate, à l'intérieur, des ulcérations d'apparence sèche et sanguinolente ( V. note 9 ), arrondies , petites ; ensuite il s'écoula aussi Quelque peu de sang par la narine du coté de la rate.


Suppression des règles; tumeur dans le ventre; selles abondantes; guérison
La servante que je vis nouvellement achetée, portait à droite une dureté très-considérable, mats qui n'était guère douloureuse ; le ventre était gros et tendu ; cette femme ne ressemblait pas à une hydropique, et du reste, elle était en bon point, n'avait guère de dyspnée, mais était décolorée. Les règles n'étaient point venues depuis sept ans. Elle fut prise de dysenterie sans ténesme; dans ces circonstances la dureté à droite était douloureuse : fièvres médiocres, qui ne durèrent pas plus de sept jours ; déjections alvines semblables à l'ambre, un peu visqueuses, très-abondantes pendant quelques jours : guérison ; et à la suite de cela les régies vinrent, la dureté dans le ventre disparut ; et la femme prit bonne couleur et de l'embonpoint.


Pleuro-pneumonie par infection purulente
La femme de Minos, par l'effet de la compression après une incision, fut prise de sphacèle; cela s'étant porté sur le poumon, il y eut bientôt des signes pendant les jours qu'elle survécut, ainsi que pour tout ce qui se porte au dedans.


De l'emploi des errhins
Les médicaments mis dans les narines quand il y a fièvre : si la douleur se calme, il coule des humeurs épaisses par le nez ; si ni la douleur ni la fièvre ne cèdent des tumeurs ténues et peut-être enflammées ; ainsi il coula des humeurs ténues chez Hegésippe, à qui on mit un errhin pour la nuit, mais des humeurs épaisses à l'eunuque résidant à Corinthe ; s'il le faut gratter [les dents]; le poivre.


Signes des dépôts favorables; observations de pareils dépôts
Les dépôts dans les maladies, voici le signe qui indique s'ils sont critiques : la fièvre qui existait cesse, le mal-être se change en bien-être, comme cher Charon ; le dépôt au siège. Chez Léambius, l'intestin paraissant être ulcéré, dans une dysenterie, après une purgation, le siège s'ulcéra pareillement, la fièvre cessant ; l'ulcération émît à gauche. L'individu gonflé par la pneumatose eut une tuméfaction un peu douloureuse dans le flanc ; ayant bu du lait en abondance et du vin par, et ayant dormi par là-dessus, aussitôt survinrent nausées et chaleur fébrile ; puis ayant fait griller de la grosse farine et l'ayant prise en place d'aliments, le ventre se resserra, et il rendit un peu de pus. Le siège s*étant enflammé, il se trouva tout à fait sans fièvre et sans douleur ; je dis cela.


Observation fort obscure de dépôts variés chez un même individu
Le vieillard demeurant dans les Propylées de pierre, éprouva de la douleur dans les lombes et les deux membres inférieurs ; et cette dernière douleur se portait tantôt sur les cuisses, tantôt sur les jambes, tantôt sur les genoux. L'affection se prolongeant beaucoup, il y avait eu plusieurs retours, gonflement dans les pieds, dans les lombes, dans la jambe; bubons pour un peu de temps; ventre dur; tension de toute la région sous-ombilicale, généralement douloureuse. On trouva aussi qu'il avait la vessie dure et douloureuse ; mal en germination, chaleurs fébriles. Après cela il avait souffert près de l'oreille; même engorgement, la glande n'était pas en contact, l'os ne suppurait pas; cela s'affaissa, et alors aussitôt la fièvre s'établit.


Conseils sommaires pour l'examen du malade
Savoir que les jugements se font par les yeux, les oreilles, le nez, la main, et tes autres moyens par lesquels nous connaissons. Le malade, l'opérateur, celui-ci ou palpant, ou flairant, ou goûtant. A remarquer aussi : cheveux, couleur, peau, veines, parties nerveuses, muscles, chairs, os, moelle, encéphale, ce qui vient du sang, viscères, ventre, bile, les autres humeurs, articulations, battements, tremblements, spasmes, hoquets, ce qui est relatif à la respiration, déjections ; moyens par lesquels nous connaissons.


Remarque sur la suppuration des yeux
Chez ceux dont les yeux suppurent, les ulcérations, après la rupture spontanée, deviennent grandes, et, après l'incision, profondes ; dans les deux cas, les iris prennent part à l'ulcération.


Deux observations de fièvre entrelacées
Aristéés, du bourg d'Amphiloque, eut du délire le quatrième jour ; le ventre rendit des matières mi peu jaunes ; le sommeil n'était pas sain ; Aristéès avait la peau blanche. Les deux malades au début étaient comme un peu tremblants des doigts et, en parlant, des lèvres; du reste, ils avaient la parole prompte et précipitée ; chez eux surtout la face était rouge. Après avoir bien vomi à la suite d'un excès de boisson ou d'un vomitif, ils enflèrent. Celui de chez Médosadés, qui rendit des selles ténues, non bilieuses, aqueuses, abondantes, avait l'hypochondre souple et gonflé; il devint comateux ; vers le quatorzième jour, étant tout prés de la crise, frisson sans tremblement, résolution , abattement, affaissement ; selles; coma ; délire en sortant du sommeil, sans transport ; il fut jugé le quatorzième jour ; aucun des phénomènes critiques ne fut contraire. Semblablement l'autre, au début, rendit des selles un peu visqueuses, telles que, devenant épaisses, elles sont critiques; insomnie ; après cela, selles un peu visqueuses, un peu bilieuses, cuites, bilieuses, non ténues ; quand elles commencèrent à s'épaissir, les crises ne tardèrent pas ; hypochondre tendu ; loquacité vers le sixième jour ; puis sommeil le septième ; il fut jugé le neuvième. Ces deux malades avaient la peau blanche et n'avaient pas les cheveux rouges. Des selles aqueuses, exposées à l'air, la partie supérieure, ténue, devient livide, la partie inférieure qui se dépose devient très-semblable au pastel. Ceux qui out une tension assez molle dans l'hypochondre droit, sont pris de phrénitis, si, la fièvre cessant, cela ne cesse pas. Chez ceux qui, dans le vide 189 du ventre, ont, là même, comme un engorgement ou une dureté, cela devient douloureux et très-mauvais ; la résolution ne s'en fait guère ; peut-être en résultent-il des suppurations. Mais les gonflements à droite, quand ils sont généralement mous et surtout quand sous la pression ils font entendre des borborygmes, ceux-là ne sont guère mauvais; c'est ainsi qu'il en a été pour l'individu du bourg d'Amphiloque et pour celui de chez Médosadès. Ces malades avaient du coma, et le sommeil leur causait du délire.


Cas appartenant à la toux épidémique de Périnthe
Parmi les individus affectés de la toux, ceux qui fatiguaient avec les bras eurent des paralysies dans ce membre, par exemple, l'enfant qui tordait des sarments, et le fils d'Amyntas ; tous deux eurent seulement le bras droit paralysé ; la toux cessa, puis ils offrirent cet accident, en ayant la toux. Mais ceux qui étaient on cavaliers ou piétons eurent des paralysies dans les lombes, dans les cuisses; c'étaient généralement les toux sèches ou, du moins, les toux violentes qui amenaient les paralysies.


Cas que rien ne caractérise, mais qui, peut-être, en raison de sa place, doit être considéré comme appartenant à l'épidémie de Périnthe
La femme d'Enmyris parut, d'une manière non morbide, tomber dans un état de torpeur typhoïde, sans fièvre ; puis il lui survint un tremblement de tout le corps, du dépérissement, de l'anorexie, de la soif; et elle était froide.


Nyctalopies appartenant à l'épidémie de toux de Périnthe
Les nyctalopes, ceux qui urinèrent le plus, eurent, dans la récidive, quelque petite chose. Quand le mal se porta sur les oreilles, dans la toux, il survint de la fièvre, et le dépôt s'ouvrit vers le septième ou le huitième jour. La fille d'Enmyris eut de la fièvre; et il s'écoula de l'oreille une humeur purulente vers le huitième jour, je ne sais pas au juste. Il y en eut aussi qui avaient une dent cariée, particulièrement la troisième d'en haut; cette dent se trouve cariée de préférence à toutes les autres ; là se fixait une douleur, et parfois il se formait tout au tour une suppuration. Ceux chez qui le dépôt se faisait avec force vers les oreilles, toussaient plus que les précédents. Chez d'autres, qui allaient à suppuration avec fièvre, il y eut abaissement le septième jour, comme celui qui éprouva une exacerbation ; l'hypochondre n'offrit pas de résolution ; le ventre s'étant amolli, les selles contenaient de petites agglomérations on peu visqueuses, lesquelles ne sont pas avantageuses ; urine couleur de sang ; l'expectoration était écumeuse.


Cas appartenant à l'épidémie de Périnthe
L'individu Auprès de qui Cyniscus me conduisit eut une exacerbation le septième jour; il fut jugé vers le quatorzième; disparition subite; gorge nette, après qu'il eut rendu quelques crachats larges et cuits ; petite épistaxis ; pesanteur de tête ; résolution des bras et des jambes ; le ventre s'ouvrit, et cela fut utile ; pieds toujours chauds; il y avait du sommeil ; il n'y eut rien à l'oreille, parce qu'il rendit des crachats cuits.


Observation trop courte pour qu'on puisse en rien dire
La femme de Démarote: les pieds chauds même dans les frissons ; qu'il y ait suppuration ou non, elle mourra.


Deux observations enchevêtrées, l'une d'un vieillard qui mourut d'une fièvre, l'autre de sa femme qui guérit de la folie
Tel était l'état où se trouvait le vieillard qui succomba ; il était malade en même temps que sa femme, chez laquelle la crise fut décisive : elle avait quelque chose de maniaque ; mais, ayant rendu un ver assez épais et un peu d'excrément, aussitôt elle fut délivrée, elle dormit et se trouva bien portante. Quant au vieillard, tension de la peau du corps; extrémités froides; vacuité; au début, tremblement des lèvres, des mains et de la voix; délire tranquille; bâillements; peu de dyspnée ; il mourut su boni de vingt et quelques jours, je ne sais pas ou juste.


Remarques sur des selles; sur les signes; sur les jours; sur les améliorations trompeuses ; sur les anticipations
Ceux à qui les hypochondres et le ventre rendent, avec borborygmes, des matières très-comprimées comme des vers, et celui, à Abdère, qui rendit des matières allongées comme un lézard. Ce qui est avant les jours critiques; les bons et les mauvais signes se manifestent la veille. Les jours auxquels un paroxysme survenant prolonge la durée et auxquels un amendement la raccourcit. Les améliorations auxquelles il ne faut pas se fier ; les maladies qui ont par elles-mêmes des redoublements. Dans les péripneumonies où les crachats sont bilieux, quand le mal approche du terme, les crachats très-jaunes dorent peu ; s'ils se montrent tels qu'ils sont au commencement, ils ne viennent guère, je pense, à maturation ; mais la crise se fait comme chez l'individu demeurant auprès de l'insituteur, et dans d'autres cas que j'ai vus.


Fièvres avec pollutions
Nicippe, dans des fièvres, avait des pollutions, et il n'en allait pas plus mal ; cela lui arriva plusieurs fois sans lui nuire en rien ; il fut pronostiqué que cela cesserait quand les fièvres seraient jugées ; et il en fut ainsi. Critias, dans des fièvres, était tourmenté par des songes que nous connaissons; chez lui aussi, la fièvre fit cesser cet accident.


Guérison intempestive des hémorroïdes
Alcippe ayant des hémorroïdes, on lui défendait de s'en faire guérir; guéri, il fut pris de transport ; une fièvre aiguë étant survenue, le transport cessa.


Remarques sur les boissons
Dans les fièvres aiguës, les malades altérés, à qui les médecins interdisent ou qui s'interdisent de boire, pensent qu'ils boiraient beaucoup. De l'eau froide, donnée pour faire vomir, soulage ; car il viendra des matières bilieuses.


Remarque sur l'action des muscles
Que les nerfs se retirent sur eux-mêmes, en voici un signe : si les nerfs sont blessés dans la parue supérieure de la main, la main inclinera en bas, tirée par les nerfs inférieurs ; et vice versa.


Échange entre la toux et l'orchite
Ceux qui ont les testicules affectés, ont une toux sèche ; et de la toux il y a aussi transport sur le testicule; cela se résout par la saignée; dans l'inflammation, on tousse. Les malades de fièvres survenues à la suite de bubons, ont de la toux.







Selon Littré.
Oeuvre numérisée par Marc Szwajcer, sur le site remacle.org
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Livre III
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Compagnons de voyage pour lire un livre en Champagne
» éditeur de livre sur les arcs et autres
» le livre rouge
» Le livre des sacrements
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Faculté de l'Hostel-Dieu de Paris :: Aile Est :: Bibliothèque :: Traités de médecine :: Le Livre des Epidémies-
Sauter vers: